Friday, March 30, 2007

Prise d'otage et torture au True Yoga

Il faut que je vous raconte notre experience avec True Yoga. True Yoga est un enorme complex sur plusieurs etages, specialise dans le fitness, le yoga et autres moyens de tortures en tous genres. Alors voila que Ritesh recoit par SMS une invitation pour 2 a prendre des cours gratos de fitness pendant 1 mois. Avec Ritesh on s'est dit cool ! C'est gratos et si ca peut nous aider a nous debarasser de ces petits kilos en trop, c'est tout benef. Tous ce que nous avions a faire c'est nous pointer le vendredi meme a 19heures. Le rendez-vous est pris.
Je fais une petite parenthese ici pour ceux qui s'etonnent du SMS promotionnel envoye sur le portable de Ritesh. Ce qui est percu chez nous comme une atteinte a notre vie privee par l'utilisation de nos donnees personnelles et confidentielles est considere ici comme un moyen supplementaire d'atteindre le pigeon client potentiel. Tout simplement. Difference culturelle, dirons-nous...
Le jour dit nous nous presentons donc afin d'etre escorte par Cloe, notre messagere. On nous fait d'abord attendre au cafe...non c'est pas un cafe, il n'y a pas de boissons...dans la boite..non ce n'est pas une boite, il n'y a pas de musique..dans la salle qui ressemble a une boite avec boules a facettes et neons multicolores mais sans musique et a un cafe avec des tables et des chaises top tendances mais sans boisson. C'est tres "conceptuel", tu peux paaaas comprendre.
Arrive Cloe. Sourire barbelle, jean taille basse moulant (au fait quand il n'y a rien a mouler, on appelle ca comment ?), "lah" a chaque fin de phrases et le petit ricanement made in China pour accompagner ses "sorry, i'm not too sure lah" (eh oui comme le monsieur de chez Singtel, je vois qu'il y en a qui suivent !)
On commence, comme toujours a Singapour, par remplir un formulaire. Tres important le formulaire a Singapour. Il est en effet essentiel pour un club de fitness (mais egalement pour un hopital, un employeur potentiel, une ecole de langues,...) de connaitre ta nationalite, ton status de residence a Singapour, ton numero de passeport et le plus important, parce que quand meme faut pas deconner : ta race. D'ailleurs, il parait que je suis Caucasienne. Je croyais que j'etais humaine, ascendante francaise mais en fait non. J'ai vecu 26 ans dans l'ignorance la plus totale de mon veritable etat de Caucasienne. Ca fait mal.
On remplie donc toutes les cases n'importe comment rien que pour les faire chier consciensieusement et Cloe nous emmene visiter les installations. Au 1er etage (enfin au 2eme, je veux dire au 1er pour ceux qui considerent le 1er etage comme celui apres le rez-de-chaussee mais au 2eme pour ceux qui considerent notre rez-de-chausse comme le 1er... T'as pige?) on entre direct dans le vif du sujet : la salle de torture. Sur une musique techno alienante, des tortionnaires hurlant et gesticulant font griller les calories d'une brochette de victimes consentantes. J'ai peur.
Je me sens un peu mieux lorsque Cloe nous emmene a l'ecart. Mais mon repis n'est que de courte duree car tres vite Andy nous rejoint. Et Andy c'est un personal trainer. Alors autant dire qu'il y connait un rayon sur les moyens de vous faire parler suer. Donc Andy il faut pas l'emmerder. Pour nous aider a evaluer quelle dose de punition corporelle serait applicable a Ritesh et a moi, Andy pose une petite appareil autour du "gras" de nos bras, de nos clavicules et de nos hanches afin de calculer (pas Andy, l'appareil of course. Andy est personal trainer je vous ai dit) notre index de masse corporelle. OH-MY-GOD !! Nous avons appris avec horreur et consternation que j'etais a peu pres saine mais vraiment de justesse et que Ritesh frisait l'obesite !!! Le choc. Et puis l'interrogation. Parce que quand meme c'est bizarre. Bon Ritesh il est pas tout mince, tout mince mais c'est pas bibendum. Alors moi avec mon esprit tordu air angelique, je demande a Andy si par hasard, derriere le but machiavelique louable de nous foutre les boules et la honte au passage faire prendre conscience de l'etat deplorable de notre sante et de la necessite imminente de nous prendre notre fric en mains, il n'exagerait pas un peu. Mais Andy il a dit que non. Que non non pas du tout. Et Andy il faut pas l'emmerder.
J'ai besoin de decompresser. J'ai vraiment l'impression d'etre tombe dans un piege. Quelle conne ! Je suis venue juste pour prendre mon pass permettant l'acces des lieux gratuitement pendant un mois. Et ils nous ont prie en otage. Le parcours est trace et le discours est rode. C'est parfait, imparable. Enfin presque.
Au moment ou on descend les escaliers (comment ca tu veux prendre l'ascenseur? on est dans une salle de sport oui ou merde?) ma petite Cloe dans une tentative tres personnelle d'ajouter aux merites des lieux nous dit texto : " as you can see we put stair carpet. So that even if you fall you can still enjoy." C'est pas beau ca ? Je me suis bidonne ! Ca m'a fait un bien fou !
Mais on est retourne dans la salle "conceptuelle" et la torture a repris. Mais psychologique cette fois. Cloe nous a litterallement harcele pour que nous prenions un abonnement a un prix promotionnel exhorbitant. Oui, ca aussi c'est tres conceptuel. Devant notre resistance (on est des coriaces nous !) elle a fait venir son boss qui s'est mis a son tour a nous faire des miseres a coup de programmes personnalises et autres offres specialforyou.
On dit qu'on allait reflechir, que oui peut etre...c'est possible qu'on allait sourscrire mais pas maintenant... plus tard...on sais pas quand. plus tard... non pas demain...quand?la semaine prochaine?...non mais on habite loin...bon bah d'accord...rendez-vous la semaine prochaine pour une seance de yoga...mais juste pour essayer hein ?...

1 comment:

Claude said...

Vous prenez une pointe de lucidite, quelques gouttes d'ironie, une pincee d'humour, vous melangez dans un grand verre de tendresse.
Vous avez un delicieux coktail sucre / acide bien rafraichissant dans la poussiere du quotidien.
Merci Aube